Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

République démocratique du Congo (RDC) : non, cette photo n’est pas un cliché des inondations de décembre 2023-janvier 2024, elle a été prise en février 2017

EN BREF – L’image de la publication vérifiée n’a pas été réalisée après des pluies diluviennes suivies d’inondations ayant affecté plusieurs régions de la République démocratique du Congo en décembre 2023 et janvier 2024. La photo a été prise en février 2017 à Kinshasa.

Sur Facebook, une page appelée Mag Congo Restauré a partagé le 14 janvier 2024 un texte avec une image relatifs à des inondations ayant affecté plusieurs régions de la République démocratique du Congo (RDC), incluant Kinshasa, la capitale.

Contexte

De fortes pluies se sont abattues en décembre 2023 sur la RDC, y provoquant, dans plusieurs provinces, des inondations et des glissements de terrains.

Ces précipitations abondantes ont provoqué une crue d’ampleur du fleuve Congo, qui sépare Kinshasa et Brazzaville, capitale du Congo. Surnommé Congo-Brazzaville, ce pays voisin de la RDC est également en proie aux inondations, avec quelque « 1,8 million de sinistrés dont 350 000 ont besoin d’une aide humanitaire », selon des estimations communiquées le 19 janvier 2024 par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha).

En RDC, les autorités ont communiqué un bilan arrêté au 5 janvier 2024, faisant état de « près de 300 personnes » mortes en lien avec ces intempéries à travers le pays, et plus de 304 000 ménages affectés par ces inondations de décembre 2023-janvier 2024. Des chiffres fournis par le ministre congolais des Affaires sociales, Actions humanitaires et Solidarité nationale, Modeste Mutinga, à l’issue d’une réunion d’« évaluation de la crise humanitaire consécutive aux inondations et glissements de terrain » en RDC, a indiqué l’Agence congolaise de presse (ACP, officielle) dans une dépêche diffusée le 6 janvier 2024. Les mêmes détails ont été rapportés par le média congolais Politico dans un article mis en ligne le 5 janvier 2024.

Le même décompte figure également dans un point de la situation sur le sujet publié le 16 janvier 2024 par la Direction générale de la Protection civile et de l'Aide humanitaire de l’Union européenne (DG Echo). Ce document, consultable sur la plateforme du Centre de coordination des interventions d'urgence de l’Union européenne (ERCC, pour « Emergency Response Coordination Centre ») de l’Union européenne (UE), parle également de « 15 provinces sur 26 » affectées par la catastrophe en RDC. Il mentionne également « au moins 17 personnes mortes » dans les inondations au Congo voisin, « dans huit départements, y compris la capitale », Brazzaville.

Nous n’avons pas eu connaissance de nouveau bilan de ces inondations jusqu’au soir du 28 janvier 2024. Vous pouvez avoir plus de détails dans de précédents articles réalisés dans le cadre de notre travail de vérification de publications sur les plateformes de Meta (Facebook).


Voir : « Inondations en République démocratique du Congo (RDC) : cette photo n’a pas été prise entre décembre 2023 et janvier 2024, mais en février 2017 » et « Cette photo est antérieure aux inondations de décembre 2023 en République démocratique du Congo (RDC) – elle date de mars 2021 »


À propos de la publication de Mag Congo Restauré du 14 janvier 2024

« Inondations en RDC: la Chine octroie une aide humanitaire d’urgence de 100 000 USD aux provinces touchées », est-il écrit dans le texte publié le 14 janvier 2024 par la page Mag Congo Restauré.

Il s’agit de la reprise d’un article publié le 13 janvier 2024 par Politico, sans mention de la source. Le texte cite un communiqué de l’ambassade de la Chine à Kinshasa, que nous avons retrouvé dans un tweet partagé le 12 janvier 2024 par le compte officiel de la représentation diplomatique chinoise en RDC sur le réseau social X (ex-Twitter).

Cent mille dollars américains équivalaient à plus de 60 millions de francs CFA et un peu plus de 91 000 euros, selon le taux de change au 13 janvier 2024.

« ‘L’ambassadeur plénipotentiaire de la Chine accrédité en RDC indique avoir suivi de près les inondations dont sont victimes plusieurs familles dans les différentes provinces de la RDC. La partie chinoise partage profondément cette douleur. En témoignage de son amitié aux gouvernement et peuple congolais, elle a décidé d’accorder une aide financière humanitaire d’urgence de 100 mille dollars, en vue d’aider les sinistrés des provinces concernées à surmonter les difficultés et à reprendre une vie normale’ a-t-on lu dans un communiqué de l’ambassade chinoise en RDC », peut-on y lire notamment.

La publication vérifiée inclut une photo montrant une rue inondée bordée d’habitations. Plusieurs personnes y sont visibles, surtout deux jeunes filles, l’une à gauche du cadre et l’autre dans le centre de l’image. Au loin, l’on aperçoit d’autres individus ainsi que des véhicules se déplaçant dans l’eau.

Capture d'ecran 01 Meta check relu CS RDC-inondations-2023-photo-Kinshasa-fevrier 2017-bis

À propos de Mag Congo Restauré

La page Mag Congo Restauré a été créée sur Facebook le 9 janvier 2024 sous le nom Congo Restauré, modifié le même jour par sa dénomination actuelle.

Elle s’est enregistrée comme « magazine », « réseau TV » et « site web d’actualités ».

Aucun indication n’a été fournie sur la ou les personnes qui la gère. La page n’est par ailleurs liée à aucune adresse et elle n’a renseigné aucun contact public la concernant au 29 janvier 2024.

Capture d'ecran 02 Meta check relu CS RDC-inondations-2023-photo-Kinshasa-fevrier 2017-bis
Capture d'ecran 03 Meta check relu CS RDC-inondations-2023-photo-Kinshasa-fevrier 2017-bis

Photo prise en février 2017 à Kinshasa

La recherche inversée d’images avec le logiciel TinEye permet de constater que la photo utilisée dans la publication que nous vérifions ne montre pas les inondations de décembre 2023 et janvier 2023 en RDC.

Selon les résultats de la recherche, elle a été prise le 7 février 2017 à Kinshasa pour l’Agence France-Presse (AFP) par un de ses collaborateurs en RDC, Junior D. Kannah : elle figure sous le numéro 634124470 dans les archives de la banque de visuels en ligne Getty Images.

La légende précise que la photo a été réalisée « après que plusieurs quartiers de la ville ont été inondés à la suite d'une brusque montée des niveaux d’eaux causée des violents orages ».

Capture d'ecran 04 Meta check relu CS RDC-inondations-2023-photo-Kinshasa-fevrier 2017-bis
Capture d'ecran 05 Meta check relu CS RDC-inondations-2023-photo-Kinshasa-fevrier 2017-bis

Article complété et édité par Coumba Sylla.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique