Retour en Africa Check

Non, un roman de 1981 n'a pas prédit le Coronavirus de 2019

Le roman The Eyes of Darkness est un roman de l'auteur Dean Koontz qui parle d’une « arme biologique » conçue pour tuer des humains, mais qui a accidentellement donné à un enfant des capacités psychiques.

L'arme en question, qui s'appelle Wuhan-400, a été développée dans des laboratoires à l'extérieur de Wuhan, en Chine et était ainsi « l'arme parfaite », puisqu'elle ne touchait que les humains et ne pouvait pas survivre en dehors d'un corps humain vivant pendant plus d'une minute.

Des décennies plus tard, un extrait de son roman crée la polémique sur les réseaux sociaux, avec des affirmations selon lesquelles Koontz a prédit le coronavirus 2019, Covid-2019.

Comme preuves, une publication sur Facebook partage trois photos : deux pages d'un livre et une autre montrant la couverture du roman de Koontz, The Eyes of Darkness.

La légende de la publication indique : « Koontz a écrit ce livre au début des années 90 et décrit le virus Corona. Intéressant ».

Un roman, deux versions


La première version du roman The Eyes of Darknes a été publiée en 1981 par Dean Koontz sous le pseudonyme Leigh Nichols. Et dans cette version l'arme biologique s'appelait « Gorki-400 », du nom de la ville russe où elle a été créée, comme le rapporte ici le site de fact-checking Snopes.

Dans un extrait de la version de 1981 publié par Snopes on peut ainsi lire un passage où il est dit : « les Russes l'appellent (l'arme biologique) Gorki-400, parce qu’elle a été développée dans leurs laboratoires (...) à l'extérieur de Gorki, et il s'agissait de la quatre centième souche viable de micro-organismes artificiels créée dans ce centre de recherche ».

Dans la deuxième version du livre, publiée en 2008 cette fois avec le vrai nom de Dean Koontz, le même passage devient : « Ils l'appellent (l'arme biologique) Wuhan-400, parce qu’elle a été développée dans leurs laboratoires (...) à l'extérieur de la ville de Wuhan, et il s'agissait de la quatre centième souche viable de micro-organismes artificiels créée dans ce centre de recherche ».

Le Wuhan-400 (Gorki-400) a très peu de choses en commun avec Covid-19


Certes, les deux ont en commun la mention de la ville chinoise de Wuhan, mais leurs similitudes s'arrêtent là. En effet, la maladie fictive de Koontz a été développée par des chercheurs dans un laboratoire. Mais comme l'ont souligné diverses organisations de fact-checking, rien ne prouve, jusque-là, que Covid-19 a été créé dans un laboratoire ou conçu par des hommes.

Le roman dit également que le Wuhan-400 « n'affecte que les êtres humains » et qu' « aucune autre créature vivante ne peut le porter ». Mais Covid-19 serait passé aux humains à partir d'animaux.

Une autre caractéristique du Wuhan-400 fictif est qu'il a un « taux de létalité » de 100 % là où le Covid-19 a un taux de létalité de 2 %.

La deuxième photo est du livre « End of Days » publié en 2008


Sur la deuxième photo du post Facebook, un passage souligné en orange dit : « vers 2020, une maladie semblable à une pneumonie sévère se propagera dans le monde entier, attaquant les poumons et les bronches et résistant à tous les traitements connus ».

Toutefois, cet extrait ne provient pas du livre de Koontz. Il est tiré du roman « End of Days: Predictions and Prophecies About the End of the World », publié en 2008 par Sylvia Browne.

Les cas graves de Covid-19 peuvent provoquer une pneumonie et un essoufflement, mais l'Organisation mondiale de la Santé affirme que la plupart des victimes se rétablissent. Et des essais de vaccins et d'autres traitements potentiels sont en cours.

Par conséquent, les « prédictions » de Koontz et Browne ne correspondent pas aux caractéristiques de Covid-19.

– Africa Check

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters