Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Attaque menée par l'Iran contre Israël : cette image a été générée par une intelligence artificielle 

EN BREF - Il s’agit d’une image générée par une intelligence artificielle.

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran a attaqué Israël depuis son territoire. Plus de trois cents drones et missiles ont été lancés par l’État iranien, en réponse à une offensive aérienne israélienne contre consulat iranien, à Damas, en Syrie, le 1ᵉʳ avril 2024. Deux généraux des gardiens de la révolution, l’armée idéologique iranienne, ont été tués lors de cette attaque. Le 2 avril, le Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a assuré qu’Israël allait être « puni ».

Capture d'écran de la publication

Le chef des forces armées iraniennes a indiqué que l’attaque du 13 avril 2024 « a atteint tous ses objectifs », tandis que de son côté l’armée israélienne affirme l’avoir « déjouée ».

« L’attaque iranienne a été déjouée (…). Nous avons intercepté 99 % des tirs vers Israël (...) Aucun drone ni missile n’a pénétré le territoire d’Israël tandis que seuls quelques missiles balistiques sont entrés et ont touché légèrement la base de Nevatim », a indiqué le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, dans une allocution télévisée. 

La publication en cause 

Le 14 avril 2024, la page 226 News a publié sur Facebook une photo montrant des lignes d’aéronefs volant au-dessus de constructions ravagées. « Iran : Téhéran lance une attaque de drones contre l'État d'Israël en guise de représailles. Ces attaques interviennent moins de deux semaines après la promesse de l'Iran de se venger du raid israélien sur son consulat à Damas en Syrie, faisant une dizaine de morts dont un haut commandant des Gardiens de la révolution (Sic) », indique le texte qui accompagne la photo en question. Plusieurs internautes se sont fait l’écho de cette publication (1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,13). 

Capture d'écran de la publication

Une image générée par une intelligence artificielle

En observant cette image de plus près, nous pouvons constater de nombreux indices visuels douteux témoignant qu’elle a été générée par une intelligence artificielle, même si nous ne sommes pas en mesure de dire avec exactitude quel programme d’intelligence artificielle a été utilisé. 

D’abord, l’attaque des missiles de guerre par Téhéran s’est effectuée de nuit (vers 22 h GMT) et non de jour, comme pourrait le laisser croire la luminosité de l’image que nous vérifions. 

En outre, la photo, apparaissant lisse à de nombreux endroits, présente des maisons déformées, ou encore des missiles difformes sous les avions. 

Capture d'écran de la publication

Ces incongruités visuelles sont des caractéristiques des images générées par intelligence artificielle (IA ou, en anglais, AI, pour artificial intelligence), selon les explications à Africa Check de Jean Le Roux, chercheur associé au Digital Forensic Research Lab (DFRLab), un laboratoire de recherche dans le domaine de l’informatique judiciaire. Cet expert étudie les technologies telles que l'IA et leur lien avec la désinformation.


Lire notre article :  « Quelques conseils d'Africa Check pour repérer des images (photos ou vidéos) générées par intelligence artificielle »


D’autres recherches montrent que la photographie apparaît également sur d’autres plateformes comme Instagram. On y voit de nombreux internautes douter de son authenticité. 

Capture d'écran de la publication

De plus, nos différentes recherches à partir des logiciels de recherche TinEye, Yandex, Bing ou encore Google Images ne nous ont pas permis de retrouver une occurrence de cette image.  Elle n’a été partagée ou publiée par aucun média officiel d’information. 

Des images officielles des drones lancées par Téhéran ont été publiées par l’Agence France-Presse (AFP) voir ici, ici, ou encore ici.  Dans une vidéo publiée le 14 avril 2024 sur son compte YouTube, l’AFP montre les explosions qui ont eu lieu dans le ciel de Jérusalem, la capitale israélienne, après l’attaque de l’Iran.   

Capture d'écran de la publication

Article édité par Valdez Onanina.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique